( 19 février, 2010 )

Jacques le Fataliste de Diderot .1798

dsc02701.jpg page de titre de la seconde édition de Paris .AN VI

dsc02702.jpg Au début de l’ouvrage, Jacques rebrousse chemin pour récupérer le bourse de son maitre.Celui ci s’endort et… :

Au bruit du cheval de Jacques, son maître se
réveilla, et son premier mot fut: « Arrive, arrive, maroufle! je te
vais… » Là, il se mit à bâiller d’une aune.
« Bâillez, bâillez, monsieur, tout à votre aise, lui dit Jacques,
mais où est votre cheval?
- Mon cheval?- Oui, votre cheval… »

Le maître s’apercevant aussitôt qu’on lui avait volé son cheval,
se disposait à tomber sur Jacques à grands coups de bride, lorsque
Jacques lui dit: « Tout doux, monsieur, je ne suis pas d’humeur
aujourd’hui à me laisser assommer; je recevrai le premier coup,
mais je jure qu’au second je pique des deux et vous laisse là… »

Cette menace de Jacques fit tomber subitement la fureur de son
maître, qui lui dit d’un ton radouci: « Et ma montre?

dsc02703.jpg

JACQUES: Un moine et deux filles en sont sortis. Le moine s’enfuit
à toutes jambes. Le cocher se hâte de descendre de son siège. Un
caniche du fiacre s’est mis à la poursuite du moine, et l’a saisi
par sa jaquette; le moine fait tous ses efforts pour se
débarrasser du chien. Une des filles, débraillée, la gorge
découverte, se tient les côtés à force de rire. L’autre fille, qui
s’est fait une bosse au front, est appuyée contre la portière, et
se presse la tête à deux mains. Cependant la populace s’est
attroupée, les polissons accourent et poussent des cris, les
marchands et les marchandes ont bordé le seuil de leurs boutiques,
et d’autres spectateurs sont à leurs fenêtres.
LE MAÎTRE: Comment diable! Jacques, ta composition est bien
ordonnée, riche, plaisante, variée et pleine de mouvement. A notre
retour à Paris, porte ce sujet à Fragonard; et tu verras ce qu’il
en saura faire.
JACQUES: Après ce que vous m’avez confessé de vos lumières en
peinture, je puis accepter votre éloge sans baisser les yeux.

 

 

Pas de commentaires à “ Jacques le Fataliste de Diderot .1798 ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|