( 29 mars, 2014 )

La typographie de Monsieur Nicolas -1794

Apprenti chez l’imprimeur Fournier à Auxerre, Restif de la Bretonne débute donc sa « carrière littéraire » dans l’atelier de Fournier, au milieu de 32 autres ouvriers qui s’agitent en tous sens pour composer, corriger, encrer et imprimer les feuillets un à un. Trente cinq ans plus tard, à partir de 1790, l’homme devenu auteur, se voit contraint d’imprimer lui-même ses livres. L’œuvre majeure de Restif de la Bretonne est sa vaste autobiographie, Le cœur humain dévoilé, ou Monsieur Nicolas, en huit volumes dont la sortie des presses s’échelonne de 1794 à 1797. Ici sont présentés les quatre premiers volumes, ceux retraçant son enfance, avec des gros plans sur les « originalités » typographiques de Restif.

Clairement, la composition est au service du texte et de l’auteur, les tailles des caractères se succèdent au gré de l’importance du texte, les manchettes sont utilisées, les abréviations, si communes au 15 et 16ème siècles sont monnaie courante, les renvois en bas de page et l’orthographe singulière font de ce livre, outre l’intérêt de son texte, quelque chose d’unique qu’il est très émouvant d’avoir en main.

 

LE LIVRE:

IMGP9683 IMGP9685 IMGP9686 IMGP9687 IMGP0969

 

 

LA TYPOGRAPHIE:

 

IMGP0959 

Mention du lieu d’impression « imprimé à la maison ». 

IMGP0960

Manchette « inversée ». En typographie, on appelle manchette une note placée non pas en bas de page, mais dans la marge du texte. Ici, Restif l’emploie en bas de page. Le A de auteur n’est pas de la même taille que le reste du mot!

IMGP0961

Orthographe des mots: « Mon Kalendrier »

IMGP0963 IMGP0965

IMGP0966 

Plusieurs polices (manuscrite pour la signature RESTIF) et tailles de caractères dans  la même page.

IMGP0967

IMGP0968 

Abréviations diverses: « MONSr »

IMGP0970 IMGP0971

IMGP0972 IMGP0973  

 

( 29 mars, 2014 )

crimes de Robespierre- 1797

Le 13 juillet 1793, Charlotte Corday poignarde Marat dans sa baignoire.

Médecin devenu député à la Convention nationale, Marat s’était rendu populaire auprès des sans-culottes parisiens par ses diatribes assassines, publiées dans L’Ami du peuple.

Sa meurtrière est une Normande de petite noblesse de 25 ans, arrière-petite-fille du grand Corneille et nourrie de lectures classiques. Ayant noué des sympathies avec les Girondins modérés, traqués par Marat, elle voit en ce dernier le fossoyeur de son idéal de liberté.

Elle espère, à l’image des héroïnes antiques, faire oeuvre utile en l’éliminant, quitte à sacrifier aussi sa jeune vie… Mais son geste n’aura d’autre effet que d’amplifier la Terreur. Elle-même sera guillotinée le 17 juillet 1793 sur la place de la Révolution, après l’entrée de la dépouille de sa victime au Panthéon.

IMGP0956 IMGP0957 IMGP0958

( 23 mars, 2014 )

Fables et contes de Florian chez Didot

Jean-Pierre Claris de Florian est particulièrement connu en tant que fabuliste, ses fables étant unanimement considérées comme les meilleures après celles de Jean de La Fontaine. 

Cent-douze fables de Florian ont été publiées de son vivant et douze de manière posthume. Les morales de certains de ses apologues sont encore citées couramment, comme « Pour vivre heureux, vivons cachés » (Le Grillon), « Chacun son métier, les vaches seront bien gardées » (Le Vacher et le Garde-chasse) ou « L’asile le plus sûr est le sein d’une mère » (La Mère, l’Enfant et les Sarigues).

Quant aux expressions « éclairer sa lanterne » ou « rira bien qui rira le dernier », elles sont tirées également de deux fables de Florian.

IMGP0883 IMGP0884 IMGP0885 IMGP0886 IMGP0887 IMGP0888 IMGP0889 IMGP0890 IMGP0891 IMGP0892 IMGP0893

( 23 mars, 2014 )

Galatée, roman pastoral imité de cervantès -Florian chez Didot

  En 1783, Florian publie un conte en vers inspiré d’une nouvelle de Miguel de Cervantes, Galatée. L’œuvre est précédée d’une préface qui retrace la vie de Cervantes.

IMGP0873 IMGP0874 IMGP0875 IMGP0876 IMGP0877 IMGP0878 IMGP0879 IMGP0880 IMGP0881 IMGP0882

( 23 mars, 2014 )

Les livres par Questions /Réponses- Education

Premier livre par questions /réponses, celui de Formey: L’encyclopédie ou abrégé de toutes les sciences (1784).

Quelques gravures sur les sept merveilles du monde, les dieux, le dessin, l’héraldique…

C’est en 1757 que ce petit manuel des connaissances nécessaire à l’enseignement des enfants parut pour la première fois  sous le titre d’Abrégé de toutes les sciences. Il appartient à l’abondante production pédagogique du pasteur Formey (1711-1797), d’origine huguenote, qui possédait au demeurant de nombreux centres d’intérêt. Le succès du livre fut considérable, et on compte environ vingt éditions françaises simplement au cours du XVIIIe siècle. Les traductions en d’autres langues furent également nombreuses.

IMGP0829 IMGP0830 IMGP0831 IMGP0832 IMGP0833 IMGP0834 IMGP0835 IMGP0836 IMGP0837 IMGP0838 IMGP0839 IMGP0840 IMGP0841 IMGP0842 IMGP0843 IMGP0844 IMGP0845 IMGP0846 IMGP0847 IMGP0848 IMGP0849 IMGP0850 IMGP0851 IMGP0852 IMGP0853 IMGP0854 IMGP0855 IMGP0856 IMGP0857 IMGP0858 IMGP0859 IMGP0860 IMGP0861 IMGP0862

 

Second livre, classique du XVIIIeme s, « Connaissance de la mythologie ».

Ici le titre annonce clairement « par demandes et par réponses ». Cette méthode est très en vogue au 18ème s , plusieurs ouvrages dont la Méthode raisonnée du blason, L’art de l’accouchement à l’usage des sages-femmes ou des livres de géographie sont réalisés selon le même principe pédagogique.

IMGP0863

( 22 mars, 2014 )

culs de lampe pour les œuvres de Boileau -1716

IMGP0821 

Le cul-de-lampe désigne un ornement typographique, souvent gravé sur bois,servant a orner les restes de page que la composition ne comblait pas. Les culs-de-lampe sont souvent de forme triangulaire (comme celui ci-dessus-1581), pour ceux que l’on trouve au 16ème siècle, puis de forme plus massive au 17ème  siècle, comme le montre cette série ornant les œuvres de Boileau. Dans la 7,8 et 10ème image, le feuillage épouse même les limites du bois que le graveur a sculpté!

IMGP0805 IMGP0806 IMGP0807 IMGP0808 IMGP0809 IMGP0810 IMGP0811 IMGP0812 IMGP0814 IMGP0815 IMGP0816 IMGP0817 IMGP0818

( 22 mars, 2014 )

histoire des quatre fils d’aimon.

Édition de Carpentras (vers 1785-1800)  Dans le corpus de la littérature médiévale connue du public du 16ème s. à la première moitié du XIXe siècle, c’est l’épopée des « Quatre fils Aymon » qui connaît le plus grand nombre d’impressions. Transmise notamment par la Bibliothèque bleue et les divers centre de production de littérature de colportage (à l’image ici de Carpentras), elle est devenue une légende vivante dans la mémoire collective.  IMGP0784 IMGP0785 IMGP0786  IMGP0787 IMGP0788 IMGP0789 IMGP0790 IMGP0791 IMGP0792 IMGP0793 IMGP0794 IMGP0795 IMGP0796 IMGP0797 IMGP0798 IMGP0799 IMGP0800 IMGP0801 IMGP0802 IMGP0803 IMGP0804

( 21 mars, 2014 )

La vie du fameux gargantuas, le plus terrible geant

Le livre présenté, bien que portant le titre de gargantua(s), ne correspond en rien au texte de Rabelais.  Il s’agit en fait d’un ouvrage de colportage, ouvrage populaire imprimé vers 1815-1825 à Montargis par Sensier, texte issu de la tradition populaire du moyen âge…bien avant françois Rabelais.

Ecoutez ces deux extraits du livret:

IMGP0782

IMGP0783

( 20 mars, 2014 )

Quelques enregistrements sur diverses oeuvres de Rousseau

( 20 mars, 2014 )

Quelques enregistrements sur diverses oeuvres de Voltaire

1234
Page Suivante »
|