( 8 avril, 2014 )

Gravures d’après Moreau le jeune pour Candide -1785

IMGP1558

 

 

S’il y a une oeuvre de Voltaire que tout le monde connait, c’est bien Candide. C’est peut être regrettable  de réduire Voltaire à Candide, mais c’est comme ça ! L’édition de Kehl (1784-89) des oeuvres complètes de Voltaire comporte les belles gravures de Moreau le jeune. Après un résumé de sa vie, quelques extraits  pour accompagner quelques gravures:

Jean-Michel Moreau, dit Moreau le Jeune (1741-1814), est un dessinateur et graveur français. Élève du Lorrain , puis du graveur Jacques-Philippe Le Bas, il devint bientôtgrace à son talent, le dessinateur en renom des planches de toutes les éditions de luxe des classiques français. Il a également fourni aux graveurs de l’Encyclopédie des lavis et des dessins illustrant les processus artisanaux. Comme graveur, il a collaboré avec Boucher, Gravelot et une trentaine d’autres. En 1770, il succède à Cochin comme dessinateur des menus plaisirs du roi en sur la recommandation de ce dernier, ce qui lui donne l’occasion de produire des épreuves célébrant le mariage du Dauphin et son couronnement. En 1781, il est nommé Dessinateur et Graveur du Cabinet du Roi. Il a désormais besoin des services d’autres graveurs pour reproduire ses propres dessins comme les illustrations pour le recueil des œuvres de Rousseau (1773-82) et de Voltaire (imprimé à Bruxelles, 1782-9). Il est agréé à l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1780, puis reçu membre en 1788 et nommé graveur du cabinet du roi.

Vous trouverez nombre de ses œuvres dans différentes « catégories » de ce site, notamment pour ce Voltaire édité par Beaumarchais, mais aussi pour Rousseau (Jean-Jacques), les évangiles (dans « Bibles 18ème s »), les figures de l’histoire de France (dans « gravures Moreau le jeune »)…

Candide parait en 1759 à Genève chez Gabriel Cramer et sous le nom de Docteur Ralph. Ces gravures forment la deuxième série que Moreau a dessiné pour cette oeuvre de Voltaire.

Début de l’oeuvre et fuite de Candide:

IMGP1547

« Cunégonde laissa tomber son mouchoir, Candide le ramassa, elle lui prit innocemment la main, le jeune homme baisa innocemment la main de la jeune demoiselle avec une vivacité, une sensibilité, une grâce toute particulière; leurs bouches se rencontrèrent, leurs yeux s’enflammèrent, leurs genoux tremblèrent, leurs mains s’égarèrent. M. le baron de Thunder-ten-tronckh passa auprès du paravent, et voyant cette cause et cet effet, chassa Candide du château à grands coups de pied dans le derrière; Cunégonde s’évanouit; elle fut souffletée par madame la baronne dès qu’elle fut revenue à elle-même; et tout fut consterné dans le plus beau et le plus agréable des châteaux possibles.  Candide, chassé du paradis terrestre… »

IMGP1548 IMGP1550 IMGP1551

les horreurs de la guerre.

« Candide s’enfuit au plus vite dans un autre village : il appartenait à des Bulgares, et des héros abares l’avaient traité de même. Candide, toujours marchant sur des membres palpitants ou à travers des ruines, arriva enfin hors du théâtre de la guerre, portant quelques petites provisions dans son bissac, et n’oubliant jamais Mlle Cunégonde. Ses provisions lui manquèrent quand il fut en Hollande ; mais ayant entendu dire que tout le monde était riche dans ce pays-là, et qu’on y était chrétien, il ne douta pas qu’on ne le traitât aussi bien qu’il l’avait été dans le château de monsieur le baron avant qu’il en eût été chassé pour les beaux yeux de Mlle Cunégonde. »

IMGP1552 IMGP1553

« La vieille reparut bientôt ; elle soutenait avec peine une femme tremblante, d’une taille majestueuse, brillante de pierreries et couverte d’un voile. « Ôtez ce voile », dit la vieille à Candide. Le jeune homme approche ; il lève le voile d’une main timide. Quel moment ! quelle surprise ! il croit voir Mlle Cunégonde ; il la voyait en effet, c’était elle-même. La force lui manque, il ne peut proférer une parole, il tombe à ses pieds. Cunégonde tombe sur le canapé. La vieille les accable d’eaux spiritueuses ; ils reprennent leurs sens, ils se parlent : ce sont d’abord des mots entrecoupés, des demandes et des réponses qui se croisent, des soupirs, des larmes, des cris. »

IMGP1554

IMGP1555

IMGP1556

IMGP1557

 

La seconde série ne comporte pas certaines gravures comme cette célèbre illustration pour le chapitre 19 :

Candide_Negre-6b08e

Gravure de Pierre Charles Baquoy d’après un dessin de Jean-Michel Moreau le Jeune. Les gravures de la seconde série sont de plusieurs graveurs différents, mais le style est identique.

Pas de commentaires à “ Gravures d’après Moreau le jeune pour Candide -1785 ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|