XVI e- Ambroise Paré

Les prothèses d’Ambroise Paré

IMGP8640 IMGP8641 IMGP8642 IMGP8643

Les prothèses humaines sont attestées dès la plus haute antiquité. Au Moyen Age, celles-ci étaient soit des pilons soit des crochets, et avaient juste un but fonctionnel, l’esthétisme étant très secondaire. Seules les personnes aisées pouvaient s’offrir des appareillages plus sophistiqués. Souvent lourdes, encombrantes et pas toujours très fonctionnelles, elles faisaient partie de l’armure de certains chevaliers.

Au 16ème siècle, Ambroise Paré (1509-1590) met au point de nombreuses prothèses qu’il adapte sur le sujet après avoir ligaturé les vaisseaux après une amputation. Pour ce chirurgien du roi, c’est toujours la vision humaine de la médecine qui prévaut. Jamais ses patients ne sont réduits à des « assemblages d’organes ». Il s’agit de « porter à chaque individu une attention particulière et irremplaçable, une attention qui prenne en compte l’irréductible solitude de celle ou celui qu’on soigne ». C’est d’ailleurs pourquoi Ambroise Paré s’est particulièrement attaché à la conception de prothèses : « il proposait aux borgnes des yeux artificiels en or émaillé peints selon la couleur d’origine », « les nez, souvent tranchés dans les batailles et les duels, il en refaisait en or, en argent, ou en papier de linge collés ». Sans oublier les prothèses de mains, de bras, de jambes, dans lesquelles il excellait.

Le principe de ses prothèses, pilons articulés, et autres cuissards à pilon était encore utilisé au début du 20ème  siècle.

 Quelques gravures de réduction de luxation:

IMGP8644 IMGP8645 IMGP8646 IMGP8647

fictiontwilightdomination |
poèmes d'une romantique ... |
C'est de l'autre côté de ma... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | escarpins et sac à dos
| Poésie net
| Conversation-Evasion