( 25 décembre, 2014 )

Fables d’Esope

Ésope est un écrivain grec à qui on attribue la paternité des fables de ce livre. Il laisse cent vingt-sept fables en prose que reprend en partie, au 17ème  siècle, Jean de La Fontaine en les adaptant en vers. La Fontaine utilise une des premières traductions françaises faite par Isaac Nevelet en 1610.

Jean de La Fontaine, dont nombre des fables sont des retranscriptions des fables d’Ésope, lui rend hommage:

 À Mon seigneur le Dauphin 

Je chante les héros dont Ésope est le père,

Troupe de qui l’histoire, encore que mensongère,

Contient des vérités qui servent de leçons.

Tout parle en mon ouvrage, et même les poissons :

Ce qu’ils disent s’adresse à tous tant que nous sommes ;

Je me sers d’animaux pour instruire les hommes.

 

Les fables de ce recueil imprimé en 1803 sont précédées de Quatrains rédigés par Isaac de Benserade (1612-1691), écrivain et dramaturge français. C’est en 1678 qu’il publie les Fables d’Ésope en quatrains.

Les illustrations de ce livre sont des gravures sur bois assez semblables à celles des fables de La Fontaine de l’édition des libraires associés de 1799. 

Je mettrais dans quelques jours certaines gravures des fables d’Esope en comparaison avec celles de La Fontaine. A suivre…

804915410_o 804915412_o 804915446_o 804915448_o 804915450_o 804915452_o 804915454_o 804915456_o 804915458_o 804915459_o 804915460_o 804915462_o 804915464_o 804915468_o 804915614_o 804915615_o 804915617_o 804915619_o 804915621_o 804915622_o 804915625_o

Pas de commentaires à “ Fables d’Esope ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|