( 12 mai, 2020 )

L’ affaire Calas et le traité de la tolérance

En 2015, lors des attentats, on pouvait entendre sur France Inter les mots suivants :« Depuis les attentats, il y a une semaine, Le traité sur la tolérance que Voltaire a publié en 1763, est en tête des ventes dans les librairies et sur les sites de vente en ligne… Rien que chez Folio, 120.000 exemplaires du Traité de la tolérance ont été vendus ces derniers jours, idem chez  Flammarion ou J’ai lu. »

La préface historique de cette pièce de théâtre de Jean Louis Laya intitulée Jean Calas et imprimée à Toulouse (lieu de l’affaire) nous donne les renseignements clés de l’histoire.

IMGP0727 IMGP7752

Le 10 mars 1762, Jean Calas, accusé d’avoir assassiné son fils était roué en place publique. L’affaire Calas, dénoncée par Voltaire comme le symbole du fanatisme et de l’intolérance religieuse bouleversait la vie toulousaine.

Le soir du 13 Octobre, à 22 heures, le jeune Marc Antoine-Calas, 28 ans, est découvert mort  pendu à une porte, dans le magasin de ses parents, marchands au 16 de la rue des Filatiers, au cœur de la ville de Toulouse et de confession protestante.

Le capitoul du quartier, David de Beaudrigue, est chargé de l’affaire. Pour ce catholique fervent, la solution est toute trouvée. Marc-Antoine était désireux de se convertir au catholicisme et le coupable est tout désigné : le père n’aurait pas supporté le projet de conversion de son fils et l’aurait donc assassiné.

Bien que ne reposant sur aucune preuve, l’affirmation du capitoul apparaît comme particulièrement séduisante en cette période de reconquête des âmes par les catholiques. Elle est immédiatement acceptée.

A la suite d’un procès perdu d’avance, le 9 mars 1762, sera rendu un verdict sans surprise. Le lendemain, Jean Calas subit le terrible supplice de la roue sur l’actuelle place Saint-Georges. Il met des heures à mourir avant que le bourreau ne l’étrangle.

En avril 1763, Antoine Louis (chirurgien légiste de renom) présente un Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence, dans lequel on établit les principes pour distinguer à l’inspection d’un corps trouvé pendu le signe du suicide d’avec ceux de l’assassinat et prouve que les pendus ne meurent pas faute de respiration, mais par la compression asphyxiante des veines jugulaires, expliquant ainsi que Marc-Antoine ait pu se suicider en fixant la corde au bouton de la porte alors que ses pieds touchaient terre.

 

 Voltaire entame, à la demande de la famille, une véritable campagne d’opinion et parvient à arracher la réhabilitation de Calas le 9 mars 1765, soit trois an après la mort de jean Calas.La seule arme de Voltaire aura été sa plume. Et sa raison. En 1763, il  publie donc son « Traité de la tolérance », suite a cette affaire, dans lequel il jette les bases de la lutte contre l’obscurantisme et le fanatisme. 

Le traité sur la tolérance fait partie, dans l’édition de Kehl(celle éditée par Beaumarchais) du Tome 35, intitulé politique et législation. Voici le récit complet des faits, début du livre:

PLAISIR DE LIRE :   

calas
Album : calas

18 images
Voir l'album

 

-Petit enregistrement sur l’intolérance:

Quelques phrases célèbres que nous pouvons retrouver dans son ouvrage et :

« La superstition est à la religion ce que l’astrologie est à l’astronomie, la fille très folle d’une mère très sage. Ces deux filles ont longtemps subjugué toute la terre. »

« Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères! »

« Nous avons assez de religion pour haïr et persécuter, et nous n’en avons pas assez pour aimer et pour secourir. »

« De toutes les superstitions, la plus dangereuse, n’est-ce pas celle de haïr son prochain pour ses opinions? »

« Si vous voulez qu’on tolère ici votre doctrine, commencez par n’être ni intolérants ni intolérables. »

 « La tolérance n’a jamais excité de guerre civile ; l’intolérance a couvert la terre de carnage »

 

( 24 avril, 2020 )

covid19: La distanciation sociale par le retour des robes à paniers!

Dès le début du règne de Louis XV, l’exubérance  des tenues provoque chez les femmes une surenchère d’extravagances. Ainsi, les robes à « paniers » que vous pouvez admirer sur quasiment toutes les gravures de Louis Binet en sont un bon exemple (Voir la catégorie XVIII e- Restif de la Bretonne).

IMGP9735 IMGP9715

Sorte de jupon à cerceaux composé de plusieurs rangs de baleines horizontales, il se porte sous les autres jupons pour donner sa « forme » à l’ensemble. Les arceaux sont le plus souvent ovales pour donner ces deux énormes protubérances de part et d’autre de la taille. Cet accessoire incroyable marque la taille des femmes, et c’est d’ailleurs à cet effet que les comédiennes du milieu du 17ème siècle l’auraient inventé. Il sert autant à cacher l’embonpoint qu’à reposer ses bras de chaque coté, ou encore à « aérer » en cas de forte chaleur ! Le plus dur était de s’asseoir, de franchir les portes, à moins d’imiter le crabe, ou encore de se croiser dans des couloirs trop exiguës ! Les excès d’ampleur que les femmes donnent à leur toilette deviennent des sujets de moqueries et de nombreux sobriquets sont donnés à celles qui portent ces sortes de robe. Le ministre Fleury fut même obligé de rendre un arrêté pour laisser des places libres autour de la reine lors des représentations théâtrales afin que celle-ci ne soit pas cachée par ses voisines trop volumineuses !   

( 11 avril, 2020 )

Lara Croft et la physique amusante de l’abbé Nollet.

En zappant entre les différentes chaînes de la télévision, ne sachant que regarder devant la qualité des programmes télévisuels, je tombe sur un passage du film Tomb raider, où Lara Croft se trouve devant un espèce de pont, formé de deux barres parallèles en métal qui remontent légèrement et distantes d’environ 1 mètre, qu’elle doit franchir sans ameuter tout le quartier, vu que plus bas, il y a plein de méchants. Et là, je n’en crois pas mes yeux ! Grand écart facial, chacune des barres au niveau des tibia, les  bras alourdis par les armes qu’elle sert contre elle, elle se met à rouler vers l’avant tout en gardant le grand écart, et remonte ainsi les barres et réussi à franchir le pont!!! Énorme, c’est exactement l’expérience de physique décrite par l’abbé Nollet dans le tome 1 de sa physique amusante! Je sors le livre de la bibliothèque pour vérifier, Lara à bel et bien Nollet comme livre de chevet! Explications:

Jean-Antoine Nollet, dit Abbé Nollet (1700-1770), fut un physicien associé aux travaux de Dufay et de Réaumur et se fit un nom dans la vulgarisation de la science par le biais de ses cours de physique et ses expériences en public (le frontispice du Tome I représente Nollet devant son « public »). Il entra à l’Académie des sciences en 1739 et appelé à une chaire de physique expérimentale créée pour lui au collège de Navarre, puis il fut également nommé maître de physique et d’histoire naturelle des enfants de France. Son ouvrage le plus connu, celui qui est présenté ici a pour titre : Leçons de physique expérimentale, (EO en 1743 Chez le même libraire que cette 3ème édition: Guerin). Nollet a beaucoup contribué à répandre en France le goût et l’étude de la physique par des expositions claires et attrayantes. Ses livres contiennent de nombreuses gravures (environ 20 par tome), toutes dépliantes, placées après le texte des expériences et construites de manière à ce que l’on puisse les déplier et avoir le texte et la gravure sous les yeux.

Une partie de la préface:

IMGP1559

Petite expérience de Nollet: 

Image de prévisualisation YouTube

Gravures originales de cette expérience de Nollet:

IMGP6915

 

IMGP6913

 

IMGP6914

 

Explications:

Nollet
Album : Nollet

5 images
Voir l'album

-Première expérience avec le cylindre (posé à gauche du rail) :

Le sommet du cylindre reste, durant sa course, parallèle au plan incliné formé par le rail. Son centre de gravité descend. En conséquence, le cylindre descend.

-Seconde expérience avec le bicone (posé à droite du rail):

Le sommet du bicone s’affaisse progressivement car les points de contact avec le rail sont de plus en plus bas. Le centre de gravité suit une trajectoire légèrement descendante. En conséquence, le bicone monte le rail.

( 10 avril, 2020 )

Les droits d’auteur

Au 18ème siècle, à l’époque des extraits que vous allez pouvoir lire plus bas, certains philosophes s’interrogent sur le fait de contrefaire un livre. L’Allemand Kant publie en 1796 Qu’est-ce qu’un livre et en 1785, De l’illégitimité de la reproduction des livres.

Il faut, dit-il, clairement définir en quoi les contrefacteurs font une infraction. Pour ce faire, il sépare l’éditeur légitime de l’illégitime (le contrefacteur) : le premier a la permission de l’auteur pour parler en public en son nom, le second pas (dans le livre contrefait, l’auteur parle au public en son nom mais passe par une tiers instance avec laquelle il n’a pas passé contrat). Celui qui perd de l’argent en se faisant contrefaire des livres  pour lesquels il a un privilège  en France (et seulement en France, c’est d’ailleurs le problème), c’est l’éditeur et non l’auteur. Car jusqu’en 1791, les droits d’auteur n’existent pas. Ils sont reconnus à cette date par l’assemblée constituante. Beaumarchais avait crée une société pour défendre les droits des auteurs dès 1777. On voit a quel point les vingt dernières années du 18ème siècle sont importantes pour les auteurs. D’ailleurs, la fin du  18ème voit l’ apparition d’un nouveau type de littérateur, l’auteur qui espère tirer sa subsistance de la valeur commerçante de ses reproductions.

Parmi les trois Avis aux contrefacteurs qui suivent, cris d’auteurs face à ces pilleurs d’oeuvre, le plus intéressant est celui de Restif de la Bretonne (le troisième).

1-Dans les comptes-faits de François Barrême (1755): 

IMGP0825

 

2-Avis en première page de l’édition de Lyon du Mariage de  figaro- 1785 (vous trouverez la page de titre de l’édition d’Amsterdam dont il est question dans cet Avis dans la catégorie « XVIII e-  Beaumarchais ».

IMGP0827

3-Avis contenu dans la sixième partie des Nuits de Restif de la Bretonne- 1788

il s’agit dun véritable cri adressé aux lecteurs. On peut faire un parallèle avec l’industrie du disque et les copies pirates sur internet.

IMGP9902 IMGP9905 IMGP9904 IMGP9903

4-Avis dans l‘Avis au peuple sur sa santé de Tissot (1777).

IMGP0828

( 28 mars, 2020 )

Non, Nostradamus n’a pas prédit l’arrivée du covid 19!!

Les réseaux sociaux relaient en ce moment un gros paquet d’inepties et notamment celle selon laquelle Michel de Nostradamus aurait dans ces quatrains prédit la pandémie du coronavirus. Le livre est constitué de 10 centuries, sortes de chapitres, dans lesquels figurent 100 quatrains, soit 1000 quatrains. Alors, dans cette foule de quatrains, peut-on facilement en trouver qui se raccroche aux événements présents…. Le site « sciencepost.fr » cite le quatrain LIII (53), que je trouve assez flou :

« La grande peste de cité maritime,

Ne cessera que mort ne sera vengée:

Du juste sang par pris damné sans crime,

De la grand dame par seincte n’outraigée. »

Alors là je dis: « Michel, c’est un peu court! J’ai mieux, c’est sûr ! »

Et alors, montre en main, devant un  témoin digne de foi, mon fils, je me mets en quête de trouver un quatrain plus probant, touchant mieux l’actualité. Bingo, 2 minutes plus tard, le quatrain XXIX(29) saute à mes yeux:

« L’oriental (virus chinois) sortira de son siège (Wuhang),

Passeriez monts Apennins (Italie nord) voir Gaule (France),

Transpercera (voyagera) le ciel, les eaux et neige,

Et un chacun frappera (frappera chacun) de sa gaule (maladie) »

Et là je dis bravo Nostradamus !!! Celui-là est digne de figurer sur les réseaux sociaux et d’attiser discussions pour complotistes et autres paranoïaques. Si on peut en trouver un en 2 minutes, je vous dis pas en une heure!!!

Trêve de bêtises, parlons du livre en lui-même :

IMGP1926 IMGP1927

 

Cette édition de Nostradamus est imprimée en 1793. Une autre édition du même imprimeur Avignonnais est datée de 1791.

A propos d’Avignon, les événements révolutionnaires ont incité les habitants de cette cité à demander leur rattachement à la France. En effet, le comtat Venaissin  était alors sous administration papale (Pie VI) et ce depuis de 14ème siècle. Dès 1789, la ville avait demandé à Rome certains droits identiques à ceux des villes voisines Françaises. Devant le refus de Rome, les bourgeois créent une municipalité ainsi que des institutions nouvelles identiques à celles du reste de la France (milice…). Alors éclatent de graves troubles entre partisans de Rome et républicains, entre prêtres et bourgeois. La cité deviendra finalement Française le 13 septembre 1791 par décret de l’assemblée constituante.

fichier doc centuries 1 fichier doc centuries 2 fichier doc centuries 3 fichier doc centuries 4 fichier doc centuries 5 fichier doc centuries 6 fichier doc centuries 7 fichier doc centuries 8 fichier doc centuries 9 fichier doc centuries 10

( 22 juin, 2019 )

Lettres de Mme de Sévigné

IMGP9131

Extrait d’une lettre de Mars 1672 à sa fille:

http://lesmedaillonsdu41.unblog.fr/2021/06/22/madame-de-sevigne/

( 23 mai, 2019 )

A bas Buonaparte!

A l’heure de la célébration du bicentenaire de la mort de Napoléon, les passions se déchainent à nouveau. Est il de bon ton d’être pour ou contre Napoléon? Il semblerait, en tous les cas, que les actions des grands hommes de notre histoire font toujours excessivement réagir . Concernant Napoléon, il y a les « pour » et les « contre », pas de place pour le compromis, et parmi les « contre », ce sont souvent des franchement « contre », tournevis en main, prêts à déboulonner toutes les statues de l’empereur, ou dévisser les plaques de rues . C’est certainement  faire acte d’anachronisme que de prendre parti. On peut prendre parti sur des sujets d’actualité qui nous concernent, ainsi en 1981, les adversaires de la peine de mort voulaient  volontiers guillotiner les partisans de la peine de mort (et vice versa). Chateaubriand, auteur du début du 19e siècle est un royaliste pur et dur, convaincu, qui ne se détournera jamais de cette fidélité aux Bourbons, contrairement à d’autres qui « s’adapteront » aux nombreux changements politiques. C’est l’une des raisons essentielles pour laquelle Chateaubriand écrit en 1814 un pamphlet contre Napoléon 1er. A cette époque, la ferveur des Français pour l’empereur est plus que  déclinante, et il est à quelques mois de son abdication. 

IMGP9015

Une émission sur la chaine parlementaire (LCP), concernant l’année 1812, et donc la campagne de Russie (Le tournant du règne de Napoléon) m’incita à acquérir un exemplaire daté de 1814 du célèbre, mais oublié, ouvrage politique de Chateaubriand; « De Buanaparte, des Bourbons et de la nécessité de se rallier à nos princes légitimes, pour le bonheur de la France et de l’Europe. » L’année 1814 compte au moins trois éditions Parisiennes de l’imprimeur Mame. Page de titre de la seconde édition:

https://mega.nz/folder/A9YFyKaJ#d0-sDLgNRzpNKRW_7_5v6A

Enregistrement vocal de la page 35 (défaite de Russie):

https://mega.nz/file/ZpxxXKJS#yRWU82MNtS_PmUWwrABB186uA0PI4Qo6JghWzDEC3Qk

PREMIER EXTRAIT, Buonaparte arrive au pouvoir après dix années de révolution: « Il fallut donc songer à établir un chef suprême qui fût l’enfant de la révolution , un chef en qui la loi corrompue dans sa source protégeât la corruption, et fît alliance avec elle. Des magistrats intègres, fermes et courageux, des capitaines renommés par leur probité autant que pour leurs talens s’étoient formés au milieu de nos discordes; mais on ne leur offrit point un pouvoir que leurs principes leur auroient défendu d’accepter. On désespéra de trouver parmi les Français un front qui osât porter la couronne de Louis XVI. Un étranger se présenta : il fut choisi.« 

SECOND EXTRAIT, Chateaubriand juge l’homme: « Examinons au dehors la marche de son gouvernement, cette politique dont il étoit si fier , et qu’il définissoit ainsi : La politique, c’est jouer aux hommes. Eh bien, il a tout perdu à ce jeu abominable, et c’est la France qui a payé sa perte.
Pour commencer par son système continental , ce système d’un fou ou d’un enfant, n’étoit point d’abord le but réel de ses guerres, il n’en étoit que le prétexte. Il vouloit être le maître de la terre… »

TROISIEME EXTRAIT, Chateaubriand dénonce les pertes de la retraite de Russie, après septembre 1812. Les Russes et autres cosaques utilisent la tactique de la terre brulée et des attaques surprises sur l’arrière garde Française:   « Même faute pour la Russie : au mois d’octobre 1812, s’il s’étoit arrêté sur les bords de la Duna ; s’il se fût contenté de prendre Riga, de cantonner pendant l’hiver son armée de cinq cent mille hommes, d’organiser la Pologne derrière lui; au retour du printemps , il eût peut-être mis en péril l’empire des czars. Au lieu de cela il marche à Moscou par un seul chemin , sans magasins, sans ressourcé. Il arrive : les vainqueurs de Pultava embrasent leur Ville Sainte. Buonaparte s’endort un mois au milieu des ruines et des cendres. Il semble oublier le retour des saisons et la rigueur du climat, il se laisse amuser par des propositions de paix ; il ignore assez le coeur humain pour croire que des peuples qui ont eux-mêmes brûlé leur capitale, à fin d’échapper à l’esclavage, vont capituler sur les ruines fumantes de leurs maisons. Ses généraux lui crient qu’il est temps de se retirer. Il part, jurant comme un enfant furieux, qu’il reproîtra bientôt avec une armée dont l’avant-garde seule sera composée de trois cent mille soldats, Dieu envoie un souffle de sa colère ; tout périt : il ne nous revient qu’un homme ! »

 

( 18 juin, 2015 )

Fables de la Fontaine imprimées pour le dauphin de France- 1788- DIDOT

IMGP9551

Brevet qui ordonne l’impression pour l’éducation du dauphin de France:

brevet
Album : brevet

2 images
Voir l'album

dédicace au dauphin:

dedicace
Album : dedicace

90 images
Voir l'album

Attaché à la pureté et à la correction, plus encore qu’à l’élégance des éditions sorties de ses presses, François Ambroise Didot réalisa de belles éditions avec les types élégants gravés par son fils Firmin Didot. Louis XVI le chargea de réimprimer, pour l’éducation du dauphin, une Collection de classiques français, dans les trois formats in-18, in-8° et in-4°. Il en a donné successivement 18 volumes in-18°, 17 in-8° et 12 in-4°. Cette dernière collection a été continuée et portée à 31 volumes par son fils Pierre Didot. Éditions remarquables par la correction du texte, la beauté de l’impression et la qualité des papiers utilisés (vélin). Ces éditions furent recherchées de toute l’Europe. Voici la liste des œuvres, et en gras celles que vous pourrez trouvez dans la bibliothèque du presbytère:

FRANCOIS AMBROISE DIDOT (1730-1804), dit Didot l’ainé (Cf page de titre de cet ouvrage):

- 1783, Fénelon, les Aventures de Télémaque, 1 volume in-4° (200 exemplaires), 2 volumes in-8° (350 exemplaires), et 4 volumes in-18° (450 exemplaires).

- 1784, Racine, Œuvres, 3 volumes in-4° (200 exemplaires), 3 volumes in-8° (350 exemplaires), et 5 volumes in-18° (450 exemplaires).

- 1784, Bossuet, Discours sur l’Histoire universelle, 1 volumes in-4° (200 exemplaires), 2 volumes in-8° (350 exemplaires), et 4 volumes in-18° (500 exemplaires).

- 1785, Biblorum sacrorum vulgatae…, 2 volumes in-4° (250?exemplaires), et 8 volumes in-8° (350 exemplaires).

- 1787 à 1788, La Fontaine, Fables, 1 volumes in-4° (250 exemplaires), 2 volumes in-8° (350 exemplaires), et 2 volumes in-18° (450 exemplaires).

- 1788, Nicolas Boileau-Despréaux, Œuvres, 2 volumes in-4° (250 exemplaires), 3 volumes in-18° (500 exemplaires).

- 1789, Jean-Baptiste Massillon, Petit Carême, 1 volume in-4° (250 exemplaires).

- 1790, Jean-Baptiste Rousseau, Odes, Cantates, épitres et poésies diverses, 1 volume in-4° (250 exemplaires).

PIERRE DIDOT (1760-1853):

- 1790, Voltaire, la Henriade, 1 volume in-4° (250 exemplaires).

- 1791-94, Molière, Œuvres, 6 volumes in-4° (250 exemplaires).

- 1795, Corneille, Théâtre, 10 volumes in-4° (250 exemplaires).

- 1796, François de La Rochefoucauld, Pensées et Maximes, 1 volume in-4° (200 exemplaires).

- 1797, François de Malherbe, Poésies, 1 volume in-4° (250 exemplaires).

IMGP9557

Restauration de l’ouvrage. Les gardes sont changées:

IMGP9558

Seule partie réutilisable de l’ancienne reliure, le dos en cuir noir, qui nécessitera quelques rajouts de cuir :

IMGP9559

Le dos est renforcé avec une toile fine:

IMGP9592

Puis ajusté sur les nouveaux plats identiques a ceux d’origine: 

 IMGP9596

IMGP9595

 

( 11 juin, 2015 )

graffiti d’un amoureux

Curieuse découverte il y a quelques jours en remplaçant une fenêtre du théâtre du presbytère. Dans le plâtre qui entourait cette ancienne fenêtre, cette inscription : »H.S ♥ u(nd) S.S♥ Vermahlte », le dernier mot signifiant « marié », gravée au couteau! Mot d’amour et d’espérance d’un Allemand logé dans le presbytère occupé durant la période 1940-42.

IMGP9254IMGP9255

( 9 juin, 2015 )

Nouveau testament de Théodore de Beze- 1590

IMGP9450

Quatrième édition In 8 de la célèbre traduction protestante de Théodore de Bèze, imprimée à Genève chez Jérémy Des planches (sans nom de lieu ni d’imprimeur sur la page de titre). Le texte est en latin et en grec, sur deux colonnes.

Après sa conversion aux idées protestantes, il est contraint comme beaucoup d’autres intellectuels (Robert Estienne…) à l’exil vers la Suisse et devient professeur de grec à Lausanne, puis professeur de théologie et pasteur à Genève. Il est le premier recteur de l’académie  que Calvin vient de fonder à Genève en 1559.

En France, lors de la première guerre de religion, il est aumônier de l’armée de Condé. C’est d’ailleurs à Condé que ce nouveau Testament est dédicacé. Il dirige également la délégation protestante au Colloque de Poissy (1561), et préside le synode de la Rochelle en 1571 durant lequel la confession de foi des Églises réformées de France est adoptée.

Théodore de Bèze réalise cinq éditions du Nouveau Testament (quatre du texte grec) avec traduction latine et notes textuelles et exégétiques imprimées entre 1556 et 1598.

IMGP9418 IMGP9419 IMGP9420

composition du nouveau testament:

Evangile de Matthieu: 

IMGP9421

Evangile de Marc:

 

IMGP9422

Evangile de Luc:

IMGP9423

Evangile de Jean:

IMGP9424

Les actes des apôtres:

 

IMGP9425

Les Epitres:

IMGP9426

Épître de Paul aux Romains:

 

IMGP9427

Epitre aux Corinthiens:

IMGP9428

IMGP9429

Epitre aux Galates:

IMGP9430

 Epitre aux Éphésiens:

IMGP9431

 Epitre aux Philippiens: 

IMGP9432

Epitre aux Colossiens: 

IMGP9433

Epitre aux Thessaloniciens: 

IMGP9434

Epitre à Timothée: 

IMGP9435

Epitre à Tite:

IMGP9437

Epitre à Philémon: 

IMGP9438

Epitre aux Hébreux:

IMGP9439

Les autres Épîtres de Jacques, Pierre, Pierre, Jean et Jude:

IMGP9440 IMGP9441 IMGP9442 IMGP9443 IMGP9444 IMGP9445 IMGP9446 IMGP9447

L’apocalypse:

IMGP9448 IMGP9449

 

12345...34
Page Suivante »
|