• Accueil
  • > XVI e- Le songe de poliphile
( 8 octobre, 2014 )

Mise en regard des gravures de 1499 et 1546 du songe de Poliphile

Sont présentées en regard 50 gravures de l’édition de 1499 d’Alde manuce et des éditions Parisiennes  de 1546 et 1600. Ce premier article s’arrête à la fameuse gravure du sacrifice. 47 ans séparent ces deux séries.

 

B751062305_Lesoufaché 1358_000019

IMGP6545

B751062305_Lesoufaché 1358_000023

IMGP6546

B751062305_Lesoufaché 1358_000025

IMGP6547

B751062305_Lesoufaché 1358_000026

IMGP6548

B751062305_Lesoufaché 1358_000031

IMGP6549

B751062305_Lesoufaché 1358_000039

IMGP6550

B751062305_Lesoufaché 1358_000040

IMGP6551

B751062305_Lesoufaché 1358_000060

IMGP6552

B751062305_Lesoufaché 1358_000067

IMGP6553

B751062305_Lesoufaché 1358_000078

IMGP6554

B751062305_Lesoufaché 1358_000081

IMGP6555

B751062305_Lesoufaché 1358_000095

IMGP6556

B751062305_Lesoufaché 1358_000102

IMGP6558

B751062305_Lesoufaché 1358_000105

IMGP6559

B751062305_Lesoufaché 1358_000107

IMGP6560

B751062305_Lesoufaché 1358_000110

IMGP6563

B751062305_Lesoufaché 1358_000120

IMGP6565

B751062305_Lesoufaché 1358_000139

IMGP6566

B751062305_Lesoufaché 1358_000140

IMGP6567

B751062305_Lesoufaché 1358_000141

IMGP6568

B751062305_Lesoufaché 1358_000142

IMGP6569

B751062305_Lesoufaché 1358_000147

IMGP6570

B751062305_Lesoufaché 1358_000164 - Copie

IMGP6571

B751062305_Lesoufaché 1358_000164

IMGP6572

B751062305_Lesoufaché 1358_000165

IMGP6573

B751062305_Lesoufaché 1358_000167

IMGP6574

B751062305_Lesoufaché 1358_000168

IMGP6575

B751062305_Lesoufaché 1358_000169 - Copie

IMGP6576

B751062305_Lesoufaché 1358_000169

IMGP6577

B751062305_Lesoufaché 1358_000170

IMGP6578

 

B751062305_Lesoufaché 1358_000171

IMGP6579

B751062305_Lesoufaché 1358_000172

IMGP6580

B751062305_Lesoufaché 1358_000173 - Copie

IMGP6581

B751062305_Lesoufaché 1358_000173

IMGP6582

B751062305_Lesoufaché 1358_000174

IMGP6583

B751062305_Lesoufaché 1358_000175 - Copie

IMGP6584

B751062305_Lesoufaché 1358_000175

IMGP6586

B751062305_Lesoufaché 1358_000176 - Copie

 

B751062305_Lesoufaché 1358_000176

IMGP6587

B751062305_Lesoufaché 1358_000177

IMGP6588

B751062305_Lesoufaché 1358_000179

IMGP6589

B751062305_Lesoufaché 1358_000180

IMGP6590

B751062305_Lesoufaché 1358_000181

IMGP6591

B751062305_Lesoufaché 1358_000182

IMGP6592

B751062305_Lesoufaché 1358_000196

IMGP6593

B751062305_Lesoufaché 1358_000197

IMGP6594

B751062305_Lesoufaché 1358_000198

IMGP6596

IMGP6595

B751062305_Lesoufaché 1358_000199

IMGP6597

B751062305_Lesoufaché 1358_000200

IMGP6598

B751062305_Lesoufaché%201358_000210 B751062305_Lesoufaché%201358_000212 B751062305_Lesoufaché%201358_000220 B751062305_Lesoufaché%201358_000222 B751062305_Lesoufaché%201358_000223 B751062305_Lesoufaché%201358_000225 B751062305_Lesoufaché%201358_000228 B751062305_Lesoufaché%201358_000234 B751062305_Lesoufaché%201358_000236 B751062305_Lesoufaché%201358_000237 B751062305_Lesoufaché%201358_000239 B751062305_Lesoufaché%201358_000243 B751062305_Lesoufaché%201358_000256 B751062305_Lesoufaché%201358_000260 B751062305_Lesoufaché%201358_000272 B751062305_Lesoufaché%201358_000274 B751062305_Lesoufaché%201358_000296 B751062305_Lesoufaché%201358_000309 B751062305_Lesoufaché%201358_000310 B751062305_Lesoufaché%201358_000313 B751062305_Lesoufaché%201358_000316 B751062305_Lesoufaché%201358_000341 B751062305_Lesoufaché%201358_000351 B751062305_Lesoufaché%201358_000352 B751062305_Lesoufaché%201358_000354 B751062305_Lesoufaché%201358_000355 B751062305_Lesoufaché%201358_000378 B751062305_Lesoufaché%201358_000380 B751062305_Lesoufaché%201358_000383 B751062305_Lesoufaché%201358_000401 B751062305_Lesoufaché%201358_000402 B751062305_Lesoufaché%201358_000405 B751062305_Lesoufaché%201358_000406 B751062305_Lesoufaché%201358_000408 B751062305_Lesoufaché%201358_000426 B751062305_Lesoufaché%201358_000427 B751062305_Lesoufaché%201358_000428 B751062305_Lesoufaché%201358_000431 B751062305_Lesoufaché%201358_000434 B751062305_Lesoufaché%201358_000436 B751062305_Lesoufaché%201358_000440 B751062305_Lesoufaché%201358_000448 B751062305_Lesoufaché%201358_000451 B751062305_Lesoufaché%201358_000461 B751062305_Lesoufaché%201358_000462 B751062305_Lesoufaché%201358_000463

( 27 septembre, 2014 )

Le songe de poliphile- Edition Française de 1600

Le livre suivant représente Le livre emblème de la renaissance italienne et Française. D’abord car il est imprimé à Venise par Alde Manuce pour l’EO, puis pour la beauté et l’esthétisme de ses gravures, leur mystère,  et enfin sur pour l’influence qu’il a eu au 16ème siècle et après.

L’histoire de Poliphile:

http://www.dailymotion.com/video/x15i8im

 

Numérisation d’un exemplaire:

http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Images/CESR_4023Index.asp

Le Tableau des riches inventions couvertes du voile des feintes amoureuses : qui sont representees dans le Songe de Poliphile / desvoilees des ombres du Songe, & subtilement exposees par Beroalde. A Paris : Chez Mathieu Grillemot, au Palais, en la gallerie des prisonniers, 1600. Plus simplement appelé le songe de poliphile, ce livre mythique est attribué à Francesco Colonna, l’ouvrage parut à Venise chez Alde Manuce en 1499. La première édition française date de 1546 publiée par Jacques Kerver. Il s’agit ici pour cette édition du 4° tirage des bois de Kerver.

Cette édition de 1600 ouvre un nouveau volet de la carrière de l’Hypnerotomachia Poliphili (titre original), déjà devenu, pour les lecteurs français, le Poliphile, depuis la traduction de Jean Martin parue chez Kerver en 1546, 1554 puis enfin 1561. Cette nouvelle version est préparée par François Béroalde de Verville, qui imprime sa marque sur le texte de Colonna dès le titre, puisqu’il n’est plus question ni d’Hypnerotomachia Poliphili ni même du simple Songe de Poliphile de Martin, mais du Tableau des riches inventions couvertes du voile des feintes amoureuses, qui sont représentées dans le Songe de Poliphile, desvoilées des ombres du songe et subtilement exposées. Ce titre est à lui seul une déclaration d’intentions : plutôt qu’une simple traduction de l’Hypnerotomachia, Béroalde affirme présenter au public une nouvelle lecture du texte, en quelque sorte la seule véridique qui en découvre le sens caché.

La traduction de Jean Martin, élaborée comme un élément d’une série de traductions de textes italiens ou latins d’architecture, valorisait l’importance des « fantaisies » sur l’antique, au point de générer une tradition d’études du texte comme manuel d’architecture ou d’art des jardins qui n’est pas dans l’esprit de l’original, quelle que soit la place réelle de ces descriptions.

L’essentiel de cette nouvelle interprétation de Beroalde est contenu dans les liminaires qui précèdent le texte proprement dit. Béroalde avoue avoir été principalement attiré par les discours cachés, notamment quand ils prennent la forme dans le Poliphile des compositions hiéroglyphiques présentées dans certaines illustrations. Il ouvre ainsi la voie à une interprétation du livre comme discours à clef philosophique et secrète.

Si l’on regarde pourtant la matière même du livre, on constate tout d’abord que les illustrations sont celles de l’édition Kerver, reprises à l’identique aux mêmes endroits du texte. On voit aussi que Béroalde, contrairement à ses affirmations des pièces liminaires, n’a pas véritablement retraduit le texte, et n’a sans doute guère confronté la traduction de Jean Martin avec l’original. Son texte est en fait un toilettage de la traduction de 1546 : de-ci de là, il gomme une expression vieillie, ou une tournure lourde, tente de rendre la lecture plus fluide dans une langue pour la pratique de laquelle cinquante ans d’écart représentent encore une variable forte. Par ce traitement de second éloignement de l’original, la version de Béroalde devient véritablement ce qu’il en dit lui-même, « non plus que le tout n’est qu’une imitation », plus qu’une véritable traduction.

Le Tableau des riches inventions de Béroalde, s’il n’est évidemment pas totalement étranger à l’Hypnerotomachia Poliphili de Francesco Colonna, en est donc plus un nouvel avatar qu’une fidèle image : à partir de la construction alchimiste du frontispice, s’ouvre une nouvelle carrière pour le livre, celle du « discours secret », qui ne va que renforcer de plus belle sa réputation d’obscurité et d’inaccessible, et générer de nouvelles études frôlant parfois l’extravagance. À la critique moderne le devoir de remettre en perspective dans l’histoire du texte ces lectures non tant dévoyées que fabriquées, à partir des goûts et des modes de leur temps.

Texte tiré du « Centre d’Études Supérieures de la Renaissance « -Université François-Rabelais, Tours.

 

 

 

 

|