( 26 juin, 2014 )

BLASONS

Quelques blasons peints tirés des alliances généalogiques des princes et rois de France de Claude Paradin (1561-Lyon).

IMGP2725

blasons 1561
Album : blasons 1561

30 images
Voir l'album

 

 

( 22 juin, 2014 )

La légende du roi Midas

DSC00315 

Cette page de titre monumentale est décorée de gravures sur bois (ici peintes) sur son pourtour. Ce grand encadrement est dit historié, car il raconte une histoire et fait référence ici à une légende grecque, celle de Midas.

Ce « cadre au  Midas » est réalisé pour la première fois en 1548, par un artiste Lyonnais, Bernard Salomon, collaborateur de Jean de Tournes pour l’illustration les livres qu’il imprime. Il fut ensuite repris pour diverses œuvres. Il encadre aussi bien le titre des œuvres du juriste Jean Papon, que la chronique de Savoie, ou encore cet ouvrage sur l’héraldique des rois et princes de France de Claude Paradin (1561).

Cette légende grecque, reprise par Ovide à l’époque Romaine (Livre XI des Métamorphoses), raconte l’histoire du roi Midas, qui aurait été appelé pour juger un concours de musique entre Apollon, joueur de lyre et Marsyas (Pan) joueur de flûte. Midas ayant été l’élève d’Orphée, ses talents en musique justifient cette demande d’arbitrage.

Alors que les muses, qui jugent également, désignent Apollon vainqueur, Midas donne Marsyas vainqueur. Apollon, pour se venger, châtie Midas de sa « stupidité » en l’affublant d’oreilles d’âne et condamne Marsyas à être écorché vif pour avoir osé le défier dans cet exercice musical.

Explication de l’encadrement :

Au fronton (en haut), Apollon félicité par Tmole à gauche (dieu de la montagne où à eu lieu le concours) et les muses (de chaque côté).

apollon félicité muse 1 muse 2

Sur la frise de droite, Marsyas, aux pattes de satyre, est puni de sa démesure et est écorché vif par Apollon. Un autre personnage, que je n’arrive pas à déterminer, est aussi enchainé avec la flûte à ses pieds.

medysas colonne gauche

En bas de l’encadrement, Midas avec ses oreilles d’âne, châtié de son mauvais jugement, et entouré de deux ânes.

midas

 

|