( 20 août, 2014 )

Les armes qui parlent

En visitant le château de Chaumont sur Loire (41-Loir et cher), on peut contempler sur ses énormes tours  des bas reliefs qui représentent une montagne en flamme. 

111

Il s’agit des armes parlantes de Chaumont, ou plutôt « Chauds monts ». Plusieurs personnages ou écrivains portent ainsi des blasons parlants.

En héraldique, on appelle « armes parlantes », les armes comportant des figures qui expriment plus ou moins complètement le nom du possesseur de ces armes. Ainsi le graveur Dürer a une porte représentée sur son blason familial. En effet, en vieil Allemand, Dür (ou même Dürer dans certaines régions) signifie «  porte ». En Allemand moderne, la porte se dit Die Tür.

Duere

Notre poète Ronsard, Pierre de son prénom, a le même type d’armes parlantes, visibles sur la façade de la Possonnière. Des « ronces ardentes » pour Ronsard.

ronsard04b

Plus près encore de nous, Colbert, célèbre ministre de Louis XIV, a une couleuvre sur son blason, comme on peut le voir sur la dédicace du livre de Savary sur le commerce.

imgp8814-225x300

En latin, couleuvre se dit « coluber », ce qui donne « colber » si on enlève le « u ».

Enfin pour terminer, le blason de la Lorraine, que je vous présente ici tiré du fameux livre Alliances généalogiques de Claude Paradin, représente trois oiseaux. Parmi les explications possibles, on aurait choisi ces oiseaux car «alérion» est l’anagramme de Loraine ou Loreina (ancienne orthographe de la contrée). Un alérion est un petit aigle stylisé utilisé en héraldique.

 

IMGP5992

 

 

( 7 février, 2014 )

Oeuvres de Ronsard

IMGP8502 IMGP8504 IMGP8505 IMGP8506 IMGP8507 IMGP8508 IMGP8509 IMGP8510 IMGP8511 IMGP8512 IMGP8513 IMGP8514 IMGP8515 IMGP8516 IMGP8517 IMGP8518

|