• Accueil
  • > XVII e- La Fontaine (et Esope)
( 18 juin, 2015 )

Fables de la Fontaine imprimées pour le dauphin de France- 1788- DIDOT

IMGP9551

Brevet qui ordonne l’impression pour l’éducation du dauphin de France:

brevet
Album : brevet

2 images
Voir l'album

dédicace au dauphin:

dedicace
Album : dedicace

5 images
Voir l'album

Attaché à la pureté et à la correction, plus encore qu’à l’élégance des éditions sorties de ses presses, François Ambroise Didot réalisa de belles éditions avec les types élégants gravés par son fils Firmin Didot. Louis XVI le chargea de réimprimer, pour l’éducation du dauphin, une Collection de classiques français, dans les trois formats in-18, in-8° et in-4°. Il en a donné successivement 18 volumes in-18°, 17 in-8° et 12 in-4°. Cette dernière collection a été continuée et portée à 31 volumes par son fils Pierre Didot. Éditions remarquables par la correction du texte, la beauté de l’impression et la qualité des papiers utilisés (vélin). Ces éditions furent recherchées de toute l’Europe. Voici la liste des œuvres, et en gras celles que vous pourrez trouvez dans la bibliothèque du presbytère:

FRANCOIS AMBROISE DIDOT (1730-1804), dit Didot l’ainé (Cf page de titre de cet ouvrage):

- 1783, Fénelon, les Aventures de Télémaque, 1 volume in-4° (200 exemplaires), 2 volumes in-8° (350 exemplaires), et 4 volumes in-18° (450 exemplaires).

- 1784, Racine, Œuvres, 3 volumes in-4° (200 exemplaires), 3 volumes in-8° (350 exemplaires), et 5 volumes in-18° (450 exemplaires).

- 1784, Bossuet, Discours sur l’Histoire universelle, 1 volumes in-4° (200 exemplaires), 2 volumes in-8° (350 exemplaires), et 4 volumes in-18° (500 exemplaires).

- 1785, Biblorum sacrorum vulgatae…, 2 volumes in-4° (250?exemplaires), et 8 volumes in-8° (350 exemplaires).

- 1787 à 1788, La Fontaine, Fables, 1 volumes in-4° (250 exemplaires), 2 volumes in-8° (350 exemplaires), et 2 volumes in-18° (450 exemplaires).

- 1788, Nicolas Boileau-Despréaux, Œuvres, 2 volumes in-4° (250 exemplaires), 3 volumes in-18° (500 exemplaires).

- 1789, Jean-Baptiste Massillon, Petit Carême, 1 volume in-4° (250 exemplaires).

- 1790, Jean-Baptiste Rousseau, Odes, Cantates, épitres et poésies diverses, 1 volume in-4° (250 exemplaires).

PIERRE DIDOT (1760-1853):

- 1790, Voltaire, la Henriade, 1 volume in-4° (250 exemplaires).

- 1791-94, Molière, Œuvres, 6 volumes in-4° (250 exemplaires).

- 1795, Corneille, Théâtre, 10 volumes in-4° (250 exemplaires).

- 1796, François de La Rochefoucauld, Pensées et Maximes, 1 volume in-4° (200 exemplaires).

- 1797, François de Malherbe, Poésies, 1 volume in-4° (250 exemplaires).

IMGP9557

Restauration de l’ouvrage. Les gardes sont changées:

IMGP9558

Seule partie réutilisable de l’ancienne reliure, le dos en cuir noir, qui nécessitera quelques rajouts de cuir :

IMGP9559

Le dos est renforcé avec une toile fine:

IMGP9592

Puis ajusté sur les nouveaux plats identiques a ceux d’origine: 

 IMGP9596

IMGP9595

 

( 4 mai, 2015 )

contes et nouvelles en vers de La Fontaine – 1796- Chez Didot

IMGP9124 IMGP9125 IMGP9126 IMGP9127 IMGP9128

Quelques gravures du second tome des contes et nouvelles ,copie de l’édition des fermiers généraux de 1762

conteslaf001.jpg

conteslaf002.jpg conteslaf003.jpg conteslaf004.jpg conteslaf005.jpg conteslaf006.jpg conteslaf007.jpg conteslaf008.jpg conteslaf009.jpg conteslaf010.jpg conteslaf011.jpg conteslaf012.jpg

signatures au bas des gravures

signaturesgrav001.jpg signaturesgrav003.jpg signaturesgrav007.jpg

Il semble que les gravures de cette édition soient celles de l’édition des fermiers généraux. Elle sont datées 1761 ou 1762 !! . Les gravures des nombreuses copies , notamment celle de 1777 (Bouillon), ont les figures inversées et non signées.

( 7 janvier, 2015 )

Les fables d’Esope

Ésope est un écrivain grec à qui on attribue la paternité des fables de ce livre. Il laisse cent vingt-sept fables en prose que reprend en partie, au 17ème  siècle, Jean de La Fontaine en les adaptant en vers. La Fontaine utilise une des premières traductions françaises faite par Isaac Nevelet en 1610.

Jean de La Fontaine, dont nombre des fables sont des retranscriptions des fables d’Ésope, lui rend hommage:

 À Mon seigneur le Dauphin 

Je chante les héros dont Ésope est le père,

Troupe de qui l’histoire, encore que mensongère,

Contient des vérités qui servent de leçons.

Tout parle en mon ouvrage, et même les poissons :

Ce qu’ils disent s’adresse à tous tant que nous sommes ;

Je me sers d’animaux pour instruire les hommes.

 

Les fables de ce recueil imprimé en 1803 sont précédées de Quatrains rédigés par Isaac de Benserade (1612-1691), écrivain et dramaturge français. C’est en 1678 qu’il publie les Fables d’Ésope en quatrains.

Les illustrations de ce livre sont des gravures sur bois assez semblables à celles des fables de La Fontaine de l’édition des libraires associés de 1799. 

 

IMGP7634 IMGP7678 IMGP7677 IMGP7676 IMGP7675 IMGP7673 IMGP7672 IMGP7671 IMGP7670 IMGP7669 IMGP7668 IMGP7667 IMGP7666 IMGP7665 IMGP7664 IMGP7663 IMGP7662 IMGP7661 IMGP7660 IMGP7659 IMGP7658 IMGP7657 IMGP7656 IMGP7655 IMGP7654 IMGP7653 IMGP7652 IMGP7651 IMGP7650 IMGP7649 IMGP7648 IMGP7647 IMGP7646 IMGP7645 IMGP7644 IMGP7643 IMGP7642 IMGP7641 IMGP7640 IMGP7639 IMGP7638 IMGP7637

( 25 décembre, 2014 )

Fables d’Esope

Ésope est un écrivain grec à qui on attribue la paternité des fables de ce livre. Il laisse cent vingt-sept fables en prose que reprend en partie, au 17ème  siècle, Jean de La Fontaine en les adaptant en vers. La Fontaine utilise une des premières traductions françaises faite par Isaac Nevelet en 1610.

Jean de La Fontaine, dont nombre des fables sont des retranscriptions des fables d’Ésope, lui rend hommage:

 À Mon seigneur le Dauphin 

Je chante les héros dont Ésope est le père,

Troupe de qui l’histoire, encore que mensongère,

Contient des vérités qui servent de leçons.

Tout parle en mon ouvrage, et même les poissons :

Ce qu’ils disent s’adresse à tous tant que nous sommes ;

Je me sers d’animaux pour instruire les hommes.

 

Les fables de ce recueil imprimé en 1803 sont précédées de Quatrains rédigés par Isaac de Benserade (1612-1691), écrivain et dramaturge français. C’est en 1678 qu’il publie les Fables d’Ésope en quatrains.

Les illustrations de ce livre sont des gravures sur bois assez semblables à celles des fables de La Fontaine de l’édition des libraires associés de 1799. 

Je mettrais dans quelques jours certaines gravures des fables d’Esope en comparaison avec celles de La Fontaine. A suivre…

804915410_o 804915412_o 804915446_o 804915448_o 804915450_o 804915452_o 804915454_o 804915456_o 804915458_o 804915459_o 804915460_o 804915462_o 804915464_o 804915468_o 804915614_o 804915615_o 804915617_o 804915619_o 804915621_o 804915622_o 804915625_o

( 12 décembre, 2014 )

Ornements typographiques de l’édition des fables de 1799

Important ensemble d’ornements gravés sur bois pour l’édition de 1799 des fables de La Fontaine, chez les libraires associés :

IMGP7251 IMGP7252 IMGP7253 IMGP7254 IMGP7255 IMGP7257 IMGP7258 IMGP7259 IMGP7260 IMGP7261 IMGP7262 IMGP7263 IMGP7264 IMGP7265 IMGP7266 IMGP7267 IMGP7268 IMGP7269 IMGP7270 IMGP7271 IMGP7272 IMGP7273 IMGP7274 IMGP7275 IMGP7276 IMGP7278 IMGP7279 IMGP7280 IMGP7281 IMGP7282 IMGP7283 IMGP7284 IMGP7285 IMGP7286 IMGP7287 IMGP7288 IMGP7289 IMGP7290 IMGP7291 IMGP7292 IMGP7293 IMGP7294

( 5 décembre, 2014 )

Gravures sur bois pour la Fontaine

Cette édition des fables de la Fontaine, imprimée en 1799 à Paris, contient des gravures sur bois d’un style assez naïf. Voici une sélection de 60 gravures sur les quelques 250 que comporte cette édition. A noter que plusieurs artistes ont certainement réalisés les bois de cette série. En effet, plusieurs styles sont repérables (au livre VIII, les gravures sont assez minimalistes, presque de simples dessins). Je place a la suite de certaines gravures les illustrations de François Chauveau, premier illustrateur de La Fontaine (dès 1668) de Oudry (illustrateur 18ème s). L’artiste qui a dessiné cette série s’est parfois inspiré très fortement des dessins de Chauveau et plus rarement de Oudry.

2 3

IMGP7169   IMGP7170 IMGP7171 IMGP7172 IMGP7173 IMGP7174 IMGP7175 IMGP7176 IMGP7177  IMGP7178 IMGP7179 IMGP7180 IMGP7181 IMGP7182 400px-Chauveau_-_Fables_de_La_Fontaine_-_01-22

Illustration de Chauveau

IMGP7183 IMGP7184 IMGP7185 IMGP7186 IMGP7187 IMGP7188 IMGP7189 astrol 

Illustration d’Oudry

IMGP7190 IMGP7191 IMGP7192 IMGP7193 _Fontaine

Illustration de Chauveau

IMGP7194 loup et cig09

Illustration de Chauveau

IMGP7195 IMGP7196 IMGP7197 IMGP7198 IMGP7199 IMGP7200

avare qui

Illustration de Chauveau

IMGP7201  

alouette t

 

Illustration de Chauveau

IMGP7202

bucheron

 

Illustration de Chauveau

IMGP7203

le pott

 

Illustration de Chauveau

IMGP7204 IMGP7205 IMGP7206 IMGP7207 IMGP7208 IMGP7209 IMGP7210 IMGP7211 IMGP7212 IMGP7213 IMGP7214 IMGP7215 IMGP7216 IMGP7217 IMGP7218 IMGP7219 IMGP7220

cierge2

Illustration de Chauveau pour la première édition des Fables  (1668).Gravure sur cuivreIMGP7221 IMGP7222 IMGP7223 

la tortue

 

Illustration de Chauveau

IMGP7224 IMGP7225 IMGP7226 IMGP7227 IMGP7228

 

 

 

( 5 décembre, 2014 )

jeu de bois réutilisé

Le jeu de bois de l’édition de 1799 (libraires associés) a été réutilisé en 1814 par les frères deckherr:

https://bibliomab.wordpress.com/2012/12/21/73-gravures-sur-bois-pour-illustrer-les-fables-desope-une-impression-populaire-dediee-a-la-jeunesse/

 

Seuls 73 bois sont réutilisés pour une édition d’Esope.

( 29 juin, 2014 )

L’apprentissage des fables de la Fontaine

dsc02650.jpg 

Dans la préface de ses fables, La Fontaine s’exprime ainsi :

« Esope (lui-même auteur de fables dans l’antiquité) souhaite que les enfants sucent ses fables avec le lait, il recommande aux nourrices de les leur apprendre car on ne saurait s’accoutumer de trop bonne heure à la sagesse et à la vertu. Plutôt que d’être réduit à corriger nos habitudes, il faut travailler à les rendre bonnes, pendant qu’elles sont encore indifférentes au bien ou au mal. Or, quelques méthodes y peuvent contribuer plus utilement que ces fables ? Dites à un enfant que Crassus allant contre les Parthes, s’engagea dans leur pays, sans considérer comment il en sortirait : que cela le fit périr, lui et son armée…  Dites au même enfant que le renard et le bouc descendirent au fond d’un puit pour y éteindre leur soif ; que le renard, s’étant servi des épaules et des cornes de son camarade, comme d’une échelle, et qu’au contraire, le bouc y demeura, pour n’avoir pas eu tant de prévoyance, et,  par conséquent, qu’il faut en toute chose considérer la fin. Je demande lequel de ces deux exemples sera le plus impressionnant sur cet enfant ; ne s’arrêtera-il pas au dernier comme plus conforme et moins disproportionné que l’autre à la petitesse de son esprit ? »

Les gravures de cette édition de 1776 (Bouillon), sont gravées d’après les célèbres dessins d’Oudry.

dsc02651.jpg

dsc02652.jpg

dsc02653.jpg dsc02654.jpg

dsc02655.jpg dsc02656.jpg

dsc02657.jpg dsc02658.jpg dsc02659.jpg dsc02660.jpg dsc02661.jpg dsc02662.jpg dsc02663.jpg

A comparer avec les gravures de gustave Doré pour les fables sur le lien suivant:

http://www.lafontaine.net/illustrations/illustrations.php?artiste=dore2

lien pour lire les fables de la fontaine: http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/fables.htm

( 26 mai, 2014 )

La Fontaine- voyage en Limousin

IMGP2289

Petite édition d’oeuvres de La Fontaine datée 1782 (cazin). Publication de Mr de Chamfort.

Lettre de Mr de La fontaine à sa femme:

voyage en limousin
Album : voyage en limousin

7 images
Voir l'album

Jannard, fidèle de Fouquet, comme La Fontaine, reçut sa portion de coups lors de la chute de l’Ecureuil (Fouquet Nicolas). Une lettre de cachet de Colbert lui-même envoya l’oncle de Madame de La Fontaine en exil à Limoges rejoindre Madame Fouquet qui y avait été envoyée en résidence surveillée.

Fidèle à son oncle et fidèle à Fouquet, La Fontaine décida de s’exiler aussi, de son plein gré. Il n’a jamais été prouvé que La Fontaine avait été puni de son amitié à Fouquet par un limogeage en règle. Et puis, cet exil volontaire en cet été 1663 lui permettait aussi de s’éloigner un peu de sa femme avec qui les relations n’étaient pas au mieux .

 

( 27 février, 2010 )

Gravures d’après Oudry des plus célèbres fables de la Fontaine 1776.Tome 4

lafontaine4001.jpg lafontaine4002.jpg lafontaine4003.jpg lafontaine4004.jpg lafontaine4005.jpg lafontaine4006.jpg lafontaine4007.jpg lafontaine4008.jpg lafontaine4009.jpg lafontaine4010.jpg lafontaine4011.jpg lafontaine4012.jpg lafontaine4013.jpg lafontaine4014.jpg

12
Page Suivante »
|