( 22 mai, 2015 )

L’art de parler allemand- 1728

IMGP9203

L’art de parler Allemand, par le sieur Léopold interprète du roi…

« Il n’y a aucune des langues vivantes, dont la connaissance soit plus nécessaire aux jeunes gens qu’on destine à la guerre, que la langue allemande. Aussi voit-on que la plupart des seigneurs, qui ont attention à l’éducation de leurs enfants, ne manque guère de faire apprendre l’allemand en même temps que le Latin, à ceux d’entre aux qu’ils destinent à la profession des armes.

La grammaire Allemande, dont Mr Léopold vient de donner une nouvelle édition sous le titre de l’art de parler Allemand, est dressé d’une manière à être d’un grand secours pour tous ceux qui veulent apprendre cette langue. Elle est divisée en deux tomes, dont le premier contient la grammaire allemande, et le second un nouveau et très ample vocabulaire Allemand et Français. »

Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux-arts, Juin 1728.

 

 

IMGP9204 IMGP9206 IMGP9207 IMGP9208

( 7 avril, 2015 )

Chronologie des temps antiques par Mr Delaborde- 1788

IMGP8903

Lettre XXIII d’ Elie Fréron dans son Année littéraire (1789) à propos de l’Essai sur l’histoire chronologique .

« Quel ouvrage que celui ou l’auteur essaye de lever en quelque sorte les difficultés de la chronologie, et de chercher à tellement combiner les événements, qu’ils puissent s’accorder ! Quelle érudition et quelle patience n’exige-t-il pas, mais aussi qu’il est doux d’en jouir à tous ceux que les épines de la chronologie ont repoussés jusqu’à présent de l’étude méthodique de l’histoire ! Tel est le but de l’ouvrage de M. de Laborde, et l’idée seule de cette entreprise a des droits à la reconnaissance publique. Quand vous aurez parcouru cet ouvrage avec quelque attention, vous verrez, Monsieur, que l’auteur mérite encore d’autres éloges.

Les travaux immenses des plus grands chronologistes, tels que Jules l’Africain, Denis le petit, Eusèbe, St Cyrille, Bède, Scaliger, le P. Petau, etc… n’ont pu dépouiller cette science de son obscurité. Fontenelle avait raison de comparer les premiers temps de la chronologie à un vaste palais en ruine, dont les débris sont entassés pêle-mêle, et dont la plupart des matériaux ont disparu…

Aidé de ces vues lumineuses qui éclairent la nuit profonde de la chronologie ancienne, M de Laborde nous offre le tableau chronologique de plus de 80 peuples de l’antiquité et un précis de l’histoire de leurs rois. Il y avait longtemps que je n’avais été aussi vivement intéressé par un ouvrage de cette nature et j’ose croire que ceux qui le consulteront, seront tous étonnés qu’on ait pu y mettre autant de clarté. Vous sentez bien, Monsieur, qu’un pareil livre n’est  pas susceptible d’extrait ; mais ce que je vous en ai dit, suffit pour vous en donner l’idée, et justifier les éloges que j’en fais…

Ne croyez pas que m de Laborde, se contentant d’être clair et précis, ait donné à son ouvrage une sécheresse qui en paraissait inséparable. Chacun de ses articles offre un abrégé fort agréable à lire de l’histoire des rois ou des grands hommes, et des pays dont il est question. Je vous invite a lire les articles Athènes, Lacédémone, Macédoine, Ionie, Crète, Corinthe, etc… et vous vous convaincrez qu’ils renferment tout ce qu’on peut désirer dans un livre d’histoire élémentaire.

IMGP8904 IMGP8905 IMGP8906

 

( 1 avril, 2015 )

Un maître écrivain: Guillaume Montfort

Ce livre est celui d’un maître écrivain du 18ème siècle, Guillaume Montfort, et s’intitule principes d’écriture (vers 1798).

IMGP8717 IMGP8718 IMGP8737

Sous l’Ancien Régime, un maître écrivain faisait son métier de bien écrire. Et certains maîtres écrivains ont fait imprimé des livres de belle écriture. C’est le cas de Guillaume Montfort, né en 1759 à Montfort-l’Amaury, et reçu maître en 1779. Il est expert-vérificateur et s’associe à plusieurs académies scientifiques ou artistiques, qui fleurissaient à cette époque. Vers 1800 il fut professeur au Prytanée de Paris, puis Professeur à l’Institut des boursiers de Paris et vérificateur d’écritures (vers 1804). Ce livre, In folio en 20 planches, commence par les rudiments de l’art de bien écrire (tenue de plume, position au bureau…) et donne des exemples et des exercices d’écriture. Les textes empruntés pour les exemples sont parfois tirés des grands textes de la révolution (déclaration des droits de l’homme…)

IMGP8738 IMGP8739 IMGP8740 IMGP8741 IMGP8742 IMGP8743 IMGP8744 IMGP8745 IMGP8746 IMGP8747 IMGP8748 IMGP8749 IMGP8750 IMGP8751 IMGP8752 IMGP8753 IMGP8754 IMGP8755 IMGP8756

 

 

 

( 26 septembre, 2014 )

Sans grand intérêt…

Un banal livre dont le sujet peut nous paraître au premier abord sans grand intérêt peut tout de même receler quelques pistes de recherches et nous faire découvrir quelques pans de notre histoire.

IMGP6517

Ce livre acquis hier a deux titres reliés dans un volume. Le premier s’intitule  petit catéchisme de morale et le second daté de 1788 Traité d’éducation civile, morale et religieuse. Ce qui m’a fait l’acheter tient dans le sous titre « A l’usage des élève du collège royal de la flèche », étant moi même Sarthois.

IMGP6516

Le premier titre semble être un fascicule relié en tête du titre principal et n’ayant pas le même format (il est plus petit). L’avis de l’éditeur m’éclaire sur la présence de ce texte de 34 pages, non massicoté. Il est dit que cet ouvrage est depuis plusieurs années dans les mains des élèves du collège de la Flèche mais que celui-ci a d’abord été imprimé par petits cahiers pour faciliter la manipulation et leur utilisation par les élèves. Le premier titre doit donc être l’un de ces cahiers et relié avec le second titre. 

L’auteur du livre me plonge cette fois dans l’histoire du Prytanée de la Flèche. La page de titre mentionne un prêtre de la doctrine chrétienne.

En 1761, un arrêt du Parlement de Paris ordonne la fermeture des établissements scolaires alors tenus par les Jésuites. Le collège faisant parti de ces établissements, les professeurs quittent les lieux. En 1764, le collège devient « École de Cadets », ou « École Militaire Préparatoire », destinée à former des élèves dont les plus méritants sont envoyés à l’École militaire de Paris. Enfin, en 1776, les élèves sont dispersés dans des petites écoles militaires de province, mais la même année, Louis XVI rétablit le collège et le confie aux Doctrinaires. Notre auteur fait donc partie des prêtres de la doctrine chrétienne, congrégation religieuse fondée en 1592.

IMGP6518 Avis de l’éditeur.

IMGP6519 Avis de l’auteur

IMGP6520 Approbation

Autre intérêt, l’avis de l’auteur puis l’approbation (photos ci-dessus) cette fois nous plonge dans des choix d’éducation en cette fin 18ème siècle.

L’auteur nous affirme que ce traité de morale est utile à son siècle, semble-t-il perverti dans ses mœurs, et l’approbation nous oppose la méthode de ce livre aux « projets modernes d’éducation ». Quels sont-ils? On pense tout de suite à l’Emile de Rousseau imprimé en 1762.  

IMGP6521

( 23 mars, 2014 )

Les livres par Questions /Réponses- Education

Premier livre par questions /réponses, celui de Formey: L’encyclopédie ou abrégé de toutes les sciences (1784).

Quelques gravures sur les sept merveilles du monde, les dieux, le dessin, l’héraldique…

C’est en 1757 que ce petit manuel des connaissances nécessaire à l’enseignement des enfants parut pour la première fois  sous le titre d’Abrégé de toutes les sciences. Il appartient à l’abondante production pédagogique du pasteur Formey (1711-1797), d’origine huguenote, qui possédait au demeurant de nombreux centres d’intérêt. Le succès du livre fut considérable, et on compte environ vingt éditions françaises simplement au cours du XVIIIe siècle. Les traductions en d’autres langues furent également nombreuses.

IMGP0829 IMGP0830 IMGP0831 IMGP0832 IMGP0833 IMGP0834 IMGP0835 IMGP0836 IMGP0837 IMGP0838 IMGP0839 IMGP0840 IMGP0841 IMGP0842 IMGP0843 IMGP0844 IMGP0845 IMGP0846 IMGP0847 IMGP0848 IMGP0849 IMGP0850 IMGP0851 IMGP0852 IMGP0853 IMGP0854 IMGP0855 IMGP0856 IMGP0857 IMGP0858 IMGP0859 IMGP0860 IMGP0861 IMGP0862

 

Second livre, classique du XVIIIeme s, « Connaissance de la mythologie ».

Ici le titre annonce clairement « par demandes et par réponses ». Cette méthode est très en vogue au 18ème s , plusieurs ouvrages dont la Méthode raisonnée du blason, L’art de l’accouchement à l’usage des sages-femmes ou des livres de géographie sont réalisés selon le même principe pédagogique.

IMGP0863

|